La complainte de l'ours - Jean-Louis Etienne

La complainte de l'ours - Jean-Louis Etienne

Lorsque l'on souhaite partir à l'aventure, c'est toujours pour se retrouver dans un lieu inconnu qui nous fera perdre l'ensemble de nos repères habituels. Le mot même d'aventure est issu du latin adventura qui signifie les choses qui sont sur le point d'arriver. Or quand on part à l'aventure, on sait que quelque chose va nous arriver mais on ne sait précisément pas quoi, d'où la beauté même du voyage. Les livres d'aventures nous attirent parce qu'en les lisant, nous ne manquerons pas de nous identifier aux héros qui vont vivre de nombreuses péripéties, traverser des contrées sauvages, inexplorées, et que nous n'aurons qu'une envie : suivre leurs traces et écouter leurs messages.

Complainte_ours_Jean_Louis_Etienne

La complainte de l'ours : Chronique d'un monde fragile

Dans son ouvrage "La complainte de l'ours" dont le sous-titre évocateur est celui de "Chroniques d'un monde fragile", Jean-Louis Etienne raconte sous la forme de chroniques, qui sont au nombre de quinze, la beauté du monde Arctique où évolue un animal emblématique : l'ours polaire.

Dans son introduction, l'auteur exprime le désir qu'il a toujours eu de parcourir le monde, attiré par le mythe de la vie sauvage et par la volonté de rompre avec tout risque de monotonie d'une vie trop souvent rythmée par la peur et les contraintes. Cet insatiable voyageur n'a eu d'autre choix que de suivre son instinct. "Au début on part pour faire un voyage, pour une conquête, mais au long cours c'est le voyage qui vous fait" souligne-t-il.

L'explorateur découvre un Eldorado, un monde d'une beauté à couper le souffle, puissante, d'une blancheur quasi irréelle, pure, traversée de banquises. Ces mêmes banquises qui sous l'effet du réchauffement climatique fondent petit à petit.

«À bord de l'Antarctica, je suis allé au Spitzberg, pour vivre les quatre saisons de l'Arctique. Je me suis aventuré sur le territoire des ours, j'en ai même rencontré, et tous m'ont témoigné le même message à l'adresse des hommes : attention à ne pas perdre le Nord.»

Jean-Louis Etienne retrace l'aventure des premiers pionniers de ces espaces alors inexplorés avant d'embrasser lui-même cette banquise tant attendue. Malgré des conditions de vie extrême qui ne découragent en rien les membres de l'expédition, le scientifique rencontre enfin l'ours des lieux. Mais l'animal ne constituera pas sa seule rencontre puisqu'il ira à la rencontre des habitants de ces contrées hostiles et du dernier trappeur des lieux.

Cet ouvrage dépeint le regard scientifique et humain de la fragilité d’un monde polaire en constante évolution.

Jean-Louis Etienne

"Le voyageur ne part pas seulement pour voir. Assoiffé d'existence, il suit son instinct" dit Jean-Louis Etienne se mettant dans les pas de nombreux autres aventuriers et explorateurs tels Joseph Kessel, Blaise Cendrars ou Jack London.

Il est homme aux multiples casquettes. Médecin, scientifique, explorateur, écrivain, il n'a de cesse de transmettre sa passion de la nature et d'alerter sur la fragilité de cette terre que l'homme a oublié de protéger quand il ne l'a pas détruite lui-même .

Dans un souci pédagogique, il ne cesse d'écrire afin de rendre compte de cette beauté et de la fragilité de la planète. Parmi ses nombreux ouvrages, nous pouvons noter : "Le marcheur du Pôle", "Pôle Sud", "Le Pôle intérieur" et « Osez l’autonomie ». Initiateur de multiples expéditions, Jean-Louis Etienne poursuit son travail avec dans la tête de nombreux projets à venir.

Bonne lecture ! N'hésite pas à commenter et nous partager les lectures de tes aventuriers préférés!

Ça pourrait aussi t'intéresser

Pour être le premier à poster un commentaire

Connecte-toi
Notre concept Tags S'identifier Créer un profil