Au rythme des célébrations indigènes

A la découverte d'un village indigène au Mexique

"J’aime voyager sans organiser à l’avance mes activités ou mes déplacements. C’est grâce à ce mode de voyage que je découvre chaque jour de merveilleux paysages souvent moins touristiques, que je rencontre de superbes personnes ou que j’assiste à d’incroyables événements."

Je me suis rendue à San Cristobal de Las Casas dans la région du Chiapas, cette ville m’a été recommandé par plusieurs voyageurs lors mon voyage au Mexique. Une fois sur place je décide, de découvrir la ville et ses environs. En cherchant sur Internet, je découvre le village de San Juan Chamula se localisant à 10 km de San Cristobal.

En lisant les commentaires des voyageurs, il était évident que je devais me rendre là-bas. En cherchant pendant quelques minutes, je découverte qu’une voyageuse a fait appel à « Axel et Raul Tours » et que le point de rendez-vous était chaque jour devant la cathédrale à La Plaza De La Paz.

Cathédrale de la plaza de la paz - San Juan Chamula

Cathédrale de la plaza de la paz San Juan Chamula, point de rendez-vous pour rencontrer Alex et Raul © Brendish


Il est conseillé aux voyageurs de le visiter accompagné. Mon programme du lendemain matin était fait.

Découverte d'un village indigène autochtone à San Juan Chamula

La nuit fut fraîche, durant le mois de mars il est courant d’avoir des températures proches de 10 degrés dans cette ville. L’aventure commence, je rencontre le guide, je monte dans le bus en direction de San Juan Chamula.

Une fois arrivés sur place, le guide commence par nous expliquer qu’il est très important de prendre des photos que quand il en donnera l’autorisation. Le ton était donné !

Nous commençons par nous rendre au cimetière à l’entrée du village, nous nous trouvons en hauteur avec une vision dégagée sur lesnombreuses tombes, une église en ruine et sur le village. Très vite, je suis distraite par d’étranges bruits, unmélange de pétard, d’harmonicas et de chants.

Tsotsiles - San Juan Chamula

Tsotsiles à San Juan Chamula, j’aperçois les premiers habitants © Brendish


Nous descendons le village à pieds, l’ambiance est pesante. Nous avons l’impression d’être très observé, mais aussi surveillé.

Un village en fête, pour la célébration de la fin du calendier Maya

Le guide nous explique que c’est une période particulière, car il célèbre la fin du calendrier Maya.

Si vous souhaitez assister à cet événement, vous devez vous y rendre entre le 25 février et le 01 mars.

Je me rends compte que je tombe à pic, j’ai la chance de découvrir un village indigène en pleine célébration.

C’est le moment d’analyser et de comprendre ce village. J'en déduis qu’il y a plusieurs défilés dans le village, ce sont des hommes habillés en orange, rouge et noir avec un chapeau sur la tête.

Curanderos, célebrations indigènes au Mexique

Célébrations indigènes au rythme de la musique et des curanderos au Mexique © Brendish


Ces personnes ont le visage très caché, la majorité souhaite ne pas être pris en photos. Ils jouent de la musique en buvant de l’alcool, ils sont accompagnés de jeunes garçons qui sont un peu moins farouche faces aux caméras.

Hommes célébrant la fin du calendier maya au Mexique

Hommes aux visages cachés célébrant la fin du calendrier Maya © Brendish


Il y a le groupe des femmes et leurs enfants qui préparentla nourriture pour la célébration. Celui des dirigeants est reconnaissable aux "Chujes" qu'ils portent, ce sont des peaux bêtes blanches.

Chujes, vetements traditionnels dirigeants maya

"Chujes" blanches, habits traditionnels des dirigeants Maya © Brendish


Et la police, qui est vêtue de « Chujes » noir.

Le guide nous emmène découvrir la maison d’un des dirigeants,pour rentrer dans cette petite maison, il est nécessaire de faire une offrande.

Le sol était très glissant, car il était recouvert de branche de pin, il y en avait aussi d’accrocher au plafond. Malheureusement, je n’ai pas eu l’autorisation de prendre des photos. Les locaux nous invitent à nous asseoir sur des bancs proches de l’entrée, ils nous servent de l’alcool très fort dans un verre à shooter. Et se mettent à jouer de la musique pendant plusieurs minutes. La musique s’arrêta et des pétards retentissent, nous découvrons au fur et à mesure de la journée que cette coutume se reproduira chaque heure.

Le village est constitué de plusieurs chefs qui sont chargés de financer les cérémonies et de garantir la sécurité de leur communauté. Le peuple a aussi un grand chef qui est chargé de représenter la population devant le président du Mexique.

Notre visite continua vers la place principale où se trouve l’église.

Célébrations indigènes mayas devant l'église de San Juan Chamula

Célébrations indigènes mayas devant l'église de San Juan Chamula © Brendish


L'église de San Juan Chamula, unique au monde

Le guide nous explique que cette église est unique au monde, que l’on devra être très discret et que les photos sont encore une fois interdites.

La visite commença par une offrande, très étrange pour uneéglise catholique (ou presque).

Nous passons par une très grosse porte en bois, la premièrechose que je vois est une église assez grande, sans bancs, des draps tendus en forme de V, des branches de sapins au sol, de grandes statues posées sur des tables et des centaines de bougies au sol.

Plus j’avance dans cette église, plus la situation devientsurréaliste et difficilement compréhensible pour moi. Les habitants prient en famille à même le sol avec des bouteilles de sodas. Les sodas serviraient à éloigner les mauvais esprits. L’atmosphère est pesante, car la majorité des croyants prient à haute voix.

Je vois pour la première fois une femme chamane, elle porteun bébé dans ses bras et un poulet juste à côté d’elle. Je comprends quelques minutes après que le poulet sera utilisé comme sacrifice.

Les femmes rotent l’alcool qu’elles viennent de boire pouréteindre les cierges.

J’ai la sensation d'être plongée dans une autre époque. C’est vraiment très impressionnant de voir ces rites religieux, ces fleurs, ces fumées de cierges et d’encens et surtout ces familles entières qui prient en habits traditionnels à genoux sur des épines de pins.

Vous vous douterez que cette église n’est pas reconnue par le Vatican malgré que l’on puisse y voir une croix verte ressemblante à la croix catholique, mais qui est finalement une croix maya.

Célébrations autour de la croix Maya verte

Célébrations autour de la croix Maya verte © Brendish


La visite fut assez rapide mais intense, c’était le momentde ressortir de l’église. Il y avait beaucoup de monde sur la place, les hommes reprenaient sans cesse « les curanderos », les chants rituels.

Place principale de San Juan Chamula

Place principale de San Juan Chamula © Brendish


Les hommes dominent sur la place, je comprends que ce sont eux les maîtres des lieux.

Des marchands de bijoux insistent pour nous faire acheter de l’ambre jaune, mais l'ambiance y est bonne enfant. Je termine mon échappée en me faisant offrir du « posh », une boisson alcoolisée à base de canne à sucre.

Ça pourrait aussi t'intéresser

Pour être le premier à poster un commentaire

Connecte-toi
Notre concept Tags S'identifier Créer un profil